A vos  drapeaux, sortez vos mouchoirs, Tolstoï à l’est, Stendhal à l’ouest. *




    Quels sont les motivations d’un écrivain pour nous émouvoir ? D’où vient ce besoin de toucher les lecteurs qui sauront l’entendre ? Chaque auteur veut faire passer son message à travers ses écrits romanesques. A centre de l’Europe, Tolstoï aurait pu dire « J’ai entendu le son terrible du canon à Austerlitz» pour illustrer la bataille des Trois Empereurs qu’il nous décrit dans son roman fleuve Guerre et Paix. La lumière et l’obscurité sont deux états qui s’opposent dans la vision que Tolstoï se fait du monde.1 Dans le meilleur des cas, l’amour sort vainqueur avec son happy end, et dans le pire, tout se termine par une mort tragique en laissant celui qui lui survit seul avec seul son chagrin. Cela sous-entend qu’il existe un déchirement fort chez Tolstoï entre certitude et doute à faire triompher ce que nous pensons être le bien, mais qui peut parfois se transformer en terrible désillusion. L’amour montre la voie pour se connaitre soi-même, ce qui aurait pu apporter de l’eau au moulin de Socrate.    Le sentiment amoureux devient l’espoir suprême en deçà d’une religion sous-jacente. L’écrivain russe semblerait donner une humanité à ses personnages par le biais de cette surenchère de la passion amoureuse se déroulant sur fond de guerre. En marge de cette dernière, le duel complète le tableau comme si l’esprit belliqueux se voulait contagieux, mais dans ce cas il s’agit d’amour-propre. Cette mode d’un temps révolu à se défier entre hommes se retrouve dans les deux romans. L’amour, image du bonheur, devient inévitablement source de tourments quand les circonstances deviennent défavorables. Quel qu’en soit le motif, la guerre est inéluctable, les signes annonciateurs du drame se manifestent, comme chez Tolstoï, où l’homme se résigne à son sort en rendant allégeance à son tsar, le monarque de droit divin, qui devient un subterfuge pour encourager ses troupes à affronter l'ennemi.2







                           
                                        
                       

                         

Duel Bézoukhov-Dolokhov            
                    






     
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Aleksendr Petrovich Apsit  (1880 – 1944 )                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  
                  

    Faisons cap à l’ouest ; chez Stendhal, Fabrice Del Dongo se joue des risques du métier de soldat. Fabrice Del Dongo aurait pu proclamer, dans la Chartreuse de Parme « Ai-je participé à la bataille de Waterloo ?»3. La guerre vécue par le héros de Stendhal semble moins démonstrative mais tellement plus absurde, à l’image de ce héros qui poursuit un ennemi qu’il ne peut appréhender véritablement. Cela signifie-t-il que la guerre ne dessert les intérêts que de ceux qui la décident alors que les soldats ne s’en remettent qu’à leur bonne étoile? Fabrice est un homme libre qui évolue dans un environnement qui le menace continuellement. Ceci provoque l’adhésion du lecteur à celui qui parait le plus vulnérable. Qu’en est-il des amours que Fabrice connaitra au cours de sa vie? Ne serait-ce pas le fait de vivre au jour le jour qui entretient cette flamme envers la femme désirée? Les prémisses de la liberté se font jour puisque la bataille se finira sans lui. La guerre n’est pas le moyen de se faire valoir, il faut défendre son honneur dans un autre registre. L’amour va de pair avec la vie et s’oppose aux désastres des guerres avec leurs terribles conséquences. Fabrice échappe ainsi à cette triste destinée mais pas pour très longtemps. Un autre voyage se tissera au fil du temps en fuyant les autorités lancées à sa poursuite. Il est emprisonné par ses détracteurs dans la tour Farnèse alors même que sa passion pour Clélia va crescendo. Stendhal pose la question des énigmes de l’amour à travers son personnage Fabrice Del Dongo. Cette candide habileté à surmonter les épreuves est une autre façon de proclamer son hymne à la vie.4

     








                                 

    Le roman est-il sensé nous délivrer une vérité cachée ou provoquer une exaltation en éveillant en nous un parti-pris ? Ainsi le romancier russe, en donnant une pudique représentation de la guerre ne décrit pas avec réalisme l’abominable souffrance des soldats qui mourront sur le champ de bataille. Ceci est donc suggéré et peut susciter une interrogation sur la folie de l’homme à détruire son semblable. Alors que l’avancée des troupes françaises sur le front renforce cet effet dramatique, l’amour reste alors le seul moyen d’espérer en des jours meilleurs. Il suscite tout l’intérêt du lecteur pour cette épopée où les couples haut en couleur vont refaire le monde à travers leur vie sentimentale. C’est dans cet esprit que je comprends la démarche de Tolstoï d’amplifier le trait de la passion amoureuse5. Une forme de dépassement de l’esprit qui se rapproche davantage d’une forme de mysticisme que d’une rationalité supposée, si nous considérons que ceci est plausible dans ce domaine. La littérature russe a donc sa marque de fabrique qui caractéristique cette âme russe qui nous transporte et nous bouleverse. Pour Fabrice Del Dongo, tout est plus léger dans la démarche de son parcours amoureux, il se détourne du carcan social par sa liberté à changer les règles dans sa façon d’aimer.

             
  


Illustration originale




                                         




                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       stendhal
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 
                    
                 

    Les deux auteurs dénoncent cette chape de plomb représentant cette autorité bien-pensante et moralisatrice qui peut s'opposer à toute forme de passion non admise par l'ordre établi. Chacun à sa manière, celui de l’Est qui tire ou se retire et celui de l’Ouest qui s’évade et qui ferraille. Le russe cherche un sens à ses choix dans un combat ou une introspection salvatrice  alors que l’italien devra se faufiler dans des ruelles qui sont à la fois cachettes et coupe-gorges. Ne cherchez pas à comprendre cette boutade, mais admettons que pour chaque pays, avec sa propre langue, correspond une littérature qui se caractérise par sa culture, et qui peut toucher chacun d’entre nous. Nous devons aussi admettre que si nous ne parlons pas russe, il faudra faire confiance au traducteur qui aura comme unique dessein de se montrer fidèle à la pensée de l’auteur pour nous faire connaitre sa littérature au-delà de ses frontières. Mais ceci va sans dire, car tout un chacun doit avoir à cœur d’apprécier la litterature des autres pour enrichir la sienne sans être dans l’obligation d’acquérir cette autre langue. Si nous nous referons à Tolstoï, après la guerre viendra la paix, ce qui signifie qu’il existe un certain ordre des choses dictées par le temps. Quant à Stendhal, l’espoir de se sentir aimer, l’opportunité à se laisser enfermer et la volonté de se réfugier dans un monastère afin de se réconcilier avec la vie, fera de La Chartreuse de Parme un classique incontournable.









    





* Ces reflexions ne sont qu'une approche très personnelle de mon plaisir à lire des classiques de la litterature.